Portes ouvertes par la calligraphie chinoise

« … On conclura de cette brève observation des perspectives en présence que, si certains travaux semblent plus convaincants que d’autres, ce ne sont pas forcément les plus spectaculaires, lesquels filtrent de la calligraphie sa seule qualité plastique et peuvent, à la rigueur, relever de la décoration des intérieurs raffinés, mais plutôt les démarches qui, ayant complètement saisi l’essence des caractères, recréent une célébration secrète de la forme épousant le sens et peuvent ainsi donner à penser. »

[Page suivante]

Calligraphie chinoise, Lucien X. Polastron, Imprimerie nationale Éditions, Paris, 2011, ISBN9782330000660, se trouve chez tous les bons libraires.

 

(Ci-dessus, un tableau en trompe l’œil du peintre coréen Lee Jung Woong né en 1963, Brush, 2007, huile sur Hanji, 138 x 202 cm.)