Abrégé d’histoire

 

Sceau gravé d’après un poème de Mao Zedong

« … Sur sa lancée de la  fin du monde féodal, la calligraphie chinoise demeure l’art majeur au xxe siècle, malgré guerres civiles, invasions et révolutions qui, parfois, l’incriminent, mais parfois l’encensent. Mao Zedong en fait une de ses coquetteries ; Shen Yinmo, Guo Moruo, Qi Baishi traversent les vicissitudes. Dans l’empire du capital par la suite instauré, bien des calligraphes connaissent une vie d’artistes, certains modernes cherchent à dissoudre les caractères dans des compositions de leur cru, tandis que le brouillard électronique commence à le faire aussi, à sa façon. »

[Page suivante]

Calligraphie chinoise, Lucien X. Polastron, Imprimerie nationale Éditions, Paris, 2011, ISBN9782330000660, se trouve chez tous les bons libraires.