Exercices de styles

Un des exercices proposés à la sagacité des lecteurs qui souhaitent comprendre la technique régissant le processus créatif des maîtres, voire commencer à l’appliquer. Ici le caractère guo, pays, extrait de Huaisu (mais attention : la technique est encore peu de chose à côté de la pulsion qui la génère). De droite à gauche se voient le détail de son manuscrit en cursive, puis sa copie, le même caractère en semi-cursive et enfin en régulière.

« Les grandes œuvres calligraphiées semblent parfois fermées aux yeux du public non averti. C’est afin de faciliter leur compréhension que nous avons imaginé, pour quelques-uns de ces beaux exemples, le travail à rebours consistant à copier les caractères cursifs tels que les ont exécutés les grands maîtres du passé, puis à les tracer dans l’écriture régulière qui réside à leur base d’expansion, mais aussi et surtout d’en créer l’état intermédiaire, ce qui n’avait jamais été osé (…) C’est le maître shanghaien Ouyang Jiaojia qui a bien voulu s’y plier; il s’en est acquitté de la manière la plus brillante. »

[Page suivante]

Calligraphie chinoise, Lucien X. Polastron, Imprimerie nationale Éditions, Paris, 2011, ISBN9782330000660, se trouve chez tous les bons libraires.