Deux mille ans d’héritage à partager

Ce chapitre examine la longue filiation des manuels sur la calligraphie ; l’image montre un cours privé, aujourd’hui, à Pékin.

« La plus ancienne des bibliothèques se trouve à Xi’an : on a appelé 碑林 beilin, « forêt de stèles », ce rassemblement de plus de trois mille pierres gravées de textes de diverses époques, surtout Tang ; il a été fondé en 1090, ce qui en fait aussi le plus vieux musée du monde. Sculpter des écrits dans la pierre de « tambours », de stèles verticales, de dalles funéraires, voire de falaises est une habitude chinoise qui remonte au moins au VIII e siècle avant notre ère. On sait l’usage qu’en faisaient les tyrans. »

[Page suivante]

Calligraphie chinoise, Lucien X. Polastron, Imprimerie nationale Éditions, Paris, 2011, ISBN9782330000660, se trouve chez tous les bons libraires.